Chris Guillebeau a l’art de réaliser ses rêves : il vient de passer une dizaine d’années à découvrir les 193 pays membres de l’ONU. Le tout avant ses 35 ans. Si j’ai déjà parlé de ses deux précédents livres, The Art of Non-Conformity et The $100 Startup, son nouveau travail s’interroge sur le plaisir que l’on prend dans une aventure au long cours. The Happiness of Pursuit met ainsi en scène des hommes ordinaires qui se lancent dans des quêtes en forme de défis.

Au hasard des rencontres que produisent les lectures, j’ai eu envie de relier le livre de Chris Guillebeau à celui que Brett Martin consacre aux grands créateurs des séries américaines diffusées depuis 15 ans. Des hommes tourmentés. Le nouvel âge d’or des séries : Des Soprano et The Wire à Mad Men et Breaking Bad est centré sur le rôle du showrunner, qui cumule le statut d’auteur et de producteur de la série, parfois aussi celui de coscénariste voire de réalisateur. On pense à David Chase (Les Soprano), David Simon (The Wire), Matthew Weiner (Mad Men) et Vince Gilligan (Breaking Bad).

A partir de 1999 émergent des anti-héros tourmentés et tiraillés. Derrière des histoires répondant aux désirs commerciaux du grand public, on introduit une vision complexe des choses. Les Soprano peut être vu comme une histoire sur la mafia, alors que c’est surtout un tableau de la famille américaine. Ne soyez donc pas surpris si vous voyez surgir des héros de séries au milieu de mon commentaire sur le travail de Chris Guillebeau.

Réaliser ses rêves : au plaisir de la quête

Réaliser ses rêves : au plaisir de la quête

Se lancer à l’aventure est possible pour tout le monde

Pour se lancer dans une quête de longue haleine, il convient d’avoir un objectif clair, de vrais défis à surmonter et une série d’étapes sur le chemin. Ces étapes vous permettent de grandir sur le plan personnel.

Comme le rappelle Guillebeau, plusieurs questions peuvent vous aider à vous décider d’envisager une aventure dans la durée :

  • Est-ce que vous aimez faire des listes et cocher ce que vous avez réalisé ?
  • Est-ce que vous avez toujours aimé vous fixer des objectifs ?
  • Est-ce que vous vous sentez motivé à mesure que vous vous rapprochez d’un but ?
  • Est-ce que vous aimez planifier les choses ?
  • Est-ce que vous avez un loisir ou une passion que peu de gens comprennent ?
  • Est-ce qu’il vous arrive de rêver ou d’imaginer une vie différente ?
  • Est-ce que vous passez beaucoup de temps à penser à votre loisir ou votre passion ?

Faites en sorte d’identifier les idées qui vous obsèdent. Il est ensuite relativement facile de s’inspirer des projets entrepris par d’autres et de se lancer dans sa propre quête.

Etre insatisfait peut inciter à prendre un nouveau départ

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (13)

Beaucoup de quêtes naissent d’une profonde insatisfaction. Il faut chercher à identifier les raisons de ce sentiment d’incomplétude ou d’incertitude. Le meilleur moyen d’y répondre est de passer à l’action pour tenter de diminuer vos doutes. Prenez le temps de vous interroger sur ce que vous voulez et sur ce que vous ressentez pour décider des futures étapes de votre quête.

Créateur des Soprano, David Chase fait ainsi dire à l’un de ses personnages :

« Regarde ce qui se passe dans ce pays. Avant, c’était un endroit où les gens intégraient une entreprise en sachant que cette entreprise allait les prendre en charge toute leur vie. Aujourd’hui, personne n’est pris en charge. Pareil pour le mariage : tu vas au boulot et tout le monde te laisse tomber, puis tu rentres chez toi et ta femme te fait des histoires. »

Matthew Weiner a intégré l’équipe des scénaristes de la série Les Soprano en livrant ce qui deviendrait le pilote de Mad Men et qu’il trimbalait partout depuis des années. Au départ, l’écriture est née d’une profonde insatisfaction face au bonheur d’une vie rangée :

« J’avais 35 ans, j’étais scénariste pour une série. Il y a 300 personnes aux États-Unis qui ont ce travail et j’étais l’un d’entre eux. J’avais trois enfants, et… une vie incroyable ! Je me disais : « qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Pourquoi est-ce que je suis malheureux ? Pourquoi j’ai toutes ces pensées dans ma tête que je ne peux partager avec personne ? Dois-je me contenter de cette existence alors que je vais mourir un jour ? ». Je réfléchissais et je me disais : « Ce n’est que ça ? »».

Don Draper, le personnage principal de la série, fait écho aux inquiétudes de son créateur :

« Tu nais seul et tu meurs seul, et ce monde t’abrutit avec tout un tas de normes pour te faire oublier ce fait ».

Guillebeau présente les éléments déclencheurs des quêtes entreprises par les personnes dont il parle : licenciement, maladie ou décès d’un proche, etc. Le héros de La Vie rêvée de Walter Mitty est d’un naturel rêveur. Il bascule dans un monde parallèle fait d’aventures au bout du monde au moment où il apprend que le journal pour lequel il développe les photos va disparaître.

Ecouter la petite musique en soi est primordial pour poursuivre sa passion

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (35)

Comme le dit Bob Dylan, « tout le monde a une vocation. Pour certains c’est une grande vocation, d’autres une petite. Tout le monde est appelé mais très peu sont élus. Il y a beaucoup de distractions, donc vous pouvez très bien ne jamais trouver votre vrai moi. Beaucoup de gens n’y parviennent pas. ». Céline évoque « l’âge aussi qui vient peut-être et nous menace du pire… On n’a plus beaucoup de musique en soi pour faire danser la vie ».

Soyez attentif aux choses qui vous absorbent totalement lorsque vous les faites. Il se pourrait bien que vous ayez identifié une passion digne d’être poursuivie. Une fois que l’on apprend à écouter la petite musique en soi, il devient évident qu’on ne peut plus retourner en arrière. En voyageant par exemple, on prend goût à une certaine liberté.

Faire de chaque jour une étape et accepter la monotonie

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (3)

« Chaque jour est un cadeau. D’accord… Mais qui voudrait d’une paire de chaussettes ? »,  Tony Soprano

Une fois que l’on est lancé, on découvre un certain ennui. C’est à vous de choisir quelle forme de monotonie vous voulez avoir. Privilégiez toujours les choses qui permettent une certaine forme de progrès dans la réalisation de votre objectif.

Tout ce dont vous avez besoin est d’une étape suivante. Quelqu’un qui est lancé dans un voyage à pied n’a qu’une chose en tête : se lever et marcher. Peu importe si certaines journées sont plus difficiles, le marcheur sait que prise globalement l’expérience sera inoubliable. Guillebeau dit que la qualité la plus importante pour un voyageur au long cours est la patience.

Il en va de même dans la pièce où les coscénaristes s’enferment pendant des heures pour écrire. Pour Vince Gilligan de Breaking Bad : « certains jours, on doit juste bâtir les blocs du scénario en se disant qu’on les remplira plus tard ». Lorsqu’il dirige les coscénaristes, Gilligan pose souvent sans relâche deux ou trois questions : « à quoi pense le personnage à ce moment-là ? Que se passe-t-il ensuite ? ». C’est de cette manière que l’on peut écrire un scénario qui tienne sur la durée de l’épisode sans être angoissé par la page blanche. La méthode marche aussi pour écrire son business plan.

Croire en son rêve, malgré le scepticisme des autres

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (46)

C’est votre devoir de croire dans la possibilité de réaliser votre quête même si cela suscite la moquerie ou l’incompréhension des autres. Ne perdez pas de vue que les risques sont toujours jugés de manière relative, à l’aune du résultat. Si vous réussissez, plus personne ne viendra vous dire que c’était risqué, stupide ou naïf. On vous trouvera courageux et plein d’assurance. Or cette réussite dépend de vous.

On peut même s’habituer au rejet des autres et en tirer une plus grande assurance. Jia Jiang s’est amusé à relever des défis filmés et relayés sur YouTube en demandant des choses dans l’objectif délibéré de se voir opposer un refus. On le voit demander un autre hamburger dans un fast-food comme si c’était à volonté ou entrer dans une pizzeria pour proposer de livrer lui-même gratuitement la prochaine commande. Il est surpris quand la vendeuse d’un magasin de donuts accepte de lui préparer sur mesure un dessert ayant la forme des anneaux olympiques.

Avoir la vie que l’on souhaite, peu importe qui l’on est

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (12)

Bien sûr la plupart des quêtes relayées par les médias ont quelque chose d’extraordinaire : voir tous les pays du monde, courir 250 marathons en un an, etc. Mais chacun peut entreprendre à son modeste niveau de nouveaux projets, sans être dans le culte de la performance. Visiter un nouveau pays est un immense défi quand on voyage seul pour la première fois. Mais les étapes qui suivent seront beaucoup plus simples.

Il convient de ne pas se contenter de faire quelque chose d’amusant, mais de trouver un moyen de structurer son projet autour d’étapes. Il sera ainsi plus simple de relier vos compétences et centres d’intérêt à un challenge destiné à vous mobiliser dans le temps.

Sasha Martin n’avait pas les moyens de voyager. Elle a décidé de cuisiner chaque semaine un menu complet d’un pays différent pour sa petite fille et son mari. A l’âge de 5 ans, sa fille pourra prétendre avoir goûté à toutes les cuisines du monde. Cette quête a ouvert de nombreuses opportunités pour Sasha Martin. Sur le plan personnel, elle a quelque chose de valorisant à préparer une fois par semaine, puisqu’il faut chercher les recettes, trouver les ingrédients et cuisiner. Sur le plan professionnel, c’est désormais une blogueuse reconnue invitée à parler un peu partout du rapprochement des peuples par la cuisine.

Estimer le coût de l’aventure avant de se lancer

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (8)

Prenez le temps d’évaluer ce que peut vous coûter la réalisation de votre rêve. Mesurez de manière précise le temps, l’argent et tous les autres coûts à prendre en compte avant de vous lancer.

Rassurez-vous en listant les objections qui vous sont faites et les obstacles potentiels dans la réalisation de votre projet. Mettez en face de chaque risque une réponse possible. C’est la démarche que nous suivons quand il s’agit de créer un business plan.

Planifier fait partie de toute aventure, mais n’oubliez pas de passer à l’action régulièrement pour avancer vers la réalisation du projet.

Mesurer ses progrès pour rester motivé

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (11)

L’intérêt d’avoir un projet de longue haleine en tête est de pouvoir se focaliser sur quelque chose et d’avoir un objectif. Pour rester motivé, n’hésitez pas à utiliser des listes de tâches : chaque chose cochée est une petite victoire.

Nous avons déjà vu comment utiliser des objectifs semestriels pour avancer dans les différents domaines de sa vie.

J’aime beaucoup quand Guillebeau parle de l’excitation ressentie en constatant après une journée de marche en Belgique que le nouveau système de publicité mis en place la veille sur son site Internet lui a rapporté 1,26 $ dans la journée. Les entrepreneurs apprennent à reconnaître les nouveaux filons. Ce premier dollar était la promesse de beaucoup d’autres.

Trouver du plaisir dans l’effort

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (36)

Certaines personnes sont d’abord motivées par la possibilité de créer et de partager. Lorsqu’elles finissent un projet, elles cherchent tout de suite à commencer quelque chose d’autre. En 2004 pour La fierté des nôtres, Rohff chante ainsi : « J’ai fait un double album parce que je suis un gogol qui s’ennuie / ça fuse dans mon esprit, un tour de plus sur le circuit ». Un an plus tard, il revient dans les bacs avec Au-delà de mes limites : « Un deuxième double album parce que je suis un célibataire qui s’embête ».

Seth Godin est un auteur prolifique, publiant chaque jour de l’année sans exception un article sur son site. Il insiste sur l’importance de livrer de manière constante son travail au jugement des autres. Il se voit comme un artisan.

L’effort peut en lui-même être une récompense. Deleuze parle magnifiquement de la fatigue cotonneuse qu’offre une bonne journée de travail. Pour être créatif, trouvez une structure et une routine pour travailler de manière efficace.

Partager ses aventures

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (10)

Lorsque votre entourage ne comprend pas votre démarche, vous devez trouver des personnes qui y sont sensibles. Créer un blog offre bien sûr des opportunités à terme.

Même lit, rêves différents dit le proverbe chinois. Il est pourtant tout à fait possible de partager un projet de longue haleine avec d’autres. Vince Gilligan est connu pour favoriser la collaboration entre coscénaristes : il met tout le monde sur un pied d’égalité pour que chacun donne le meilleur de lui-même. On est très loin de l’attitude d’un David Chase, refusant de déplacer la moindre virgule d’un scénario finalisé par ses soins.

Pour le marcheur au long cours Matt Krause, il ne faut pas hésiter à solliciter l’aide des gens qui rêveraient de faire ce que vous faites sans oser se lancer. Une campagne de financement participatif est une bonne occasion de le faire. Soyez ouvert aux contributions extérieures, quand on se lance on a tendance à tout vouloir faire soi-même.

Ce sera néanmoins toujours votre motivation personnelle qui fera la différence, notamment dans les difficultés.

Trouver un problème à régler

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (7)

Avoir un ennemi ou des détracteurs, même imaginaires, peut vous aider à rester focalisé. C’est une dynamique importante dans le travail en équipe.

Prenez le temps de réfléchir à ce qui mérite d’être vécu avant de consacrer plusieurs années à la création d’une entreprise notamment.

Comprendre ce qui vous énerve est enfin aussi important que de savoir ce qui vous excite.

Ne pas abandonner trop tôt

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (6)

La réalisation d’une quête est rarement un problème d’argent. Économiser une petite somme chaque jour permet par exemple de voyager n’importe où dans le monde quelques mois ou quelques années plus tard. En matière d’entrepreneuriat, nous avons déjà évoqué comment arbitrer entre l’autofinancement et la levée de fonds.

Le milieu de l’aventure est souvent la partie la plus difficile :

  • Interrogez vos motivations initiales et demandez-vous si vous êtes toujours animé par les mêmes choses.
  • Pensez au long terme. Quand vous êtes tenté de prendre une décision en réaction à un problème immédiat, mettez les choses en perspective.
  • Trouvez des récompenses. Peut-être qu’à l’issue de la journée ou qu’après avoir réalisé une tâche importante, vous pouvez vous accorder un petit plaisir.
  • Pensez à ce que votre projet représente pour les autres. Souvent, dans les moments difficiles, on tient pour honorer la confiance de notre entourage ou d’inconnus. Si la reconnaissance des autres occupe une place importante dans votre quête, faites en sorte d’avoir aussi suffisamment de motivation personnelle.

Du moment que vous continuez à croire dans votre projet, il est temps de reprendre votre quête.

Choisir ses échecs

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (37)

Certaines mésaventures sont riches en enseignements et génèrent de la confiance en soi. Seth Godin est connu pour ses échecs multiples, souvent à contretemps de l’histoire des technologies. En professionnel de l’édition, il s’était ainsi mis en tête de publier un annuaire papier d’e-mails de célébrités au début de l’Internet. Pour Godin :

« Si j’échoue davantage que vous, à la fin je gagne. Pour moi, l’important est de continuer à jouer. Si vous continuez à jouer, tôt ou tard vous allez rencontrer le succès. Ceux qui échouent sont ceux qui en réalité n’ont pas du tout échoué ou alors ceux qui ont échoué dans une telle proportion qu’ils n’ont plus la possibilité de rejouer. ».

De manière amusante, au moment de parler de leur quête, plusieurs témoins du livre de Guillebeau font des comparaisons avec l’univers du jeu vidéo où le héros passe par différents niveaux et mondes.

Si vous devez vous inquiéter de quelque chose, privilégiez le coût de la renonciation à la poursuite de votre rêve en termes de gâchis personnel sur le moment et de regrets futurs.

Avoir une vision d’ensemble

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (41)

Un projet de longue haleine peut devenir un prétexte pour développer son assurance et établir son indépendance. En général, à force d’être focalisé sur la réussite de son projet, on développe une vision plus grande. Guillebeau a fait grandir peu à peu son projet. Il a attendu d’avoir visité 50 pays pour se lancer à la conquête des 193 pays membres des Nations Unies.

« Je suis heureux de l’avoir fait » est le dénominateur commun des personnes qui ont été au bout de leur rêve.

Avoir des idées pour la suite

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (15)

Parfois certaines aventures ne se déroulent pas comme prévues. Parfois c’est difficile sur la fin. Selon un proverbe japonais, « quand on a dix pas à faire, neuf font la moitié du chemin ».

Le créateur d’une série est confronté à ce problème. Comme le rappelle David Chase :

« Vous faites toutes les idées faciles la première saison, celles qui vous viennent en premier. La deuxième saison vous faites avec les meilleures idées suivantes. À chaque fois cela devient de plus en plus difficile de ne pas se répéter et d’arriver avec quelque chose de frais qui soit différent. »

Il est en tout cas toujours compliqué d’expliquer aux autres une aventure dans sa totalité. Prenez quelques histoires lorsque l’on vous demande ce que vous en avez retiré. Guillebeau le fait à merveille, rappelant quelques moments clés de sa quête.

Une fois la quête achevée, c’est à vous de décider la suite à donner à l’aventure.

Achever une aventure est le point de départ d’autres découvertes

Réaliser ses rêves  au plaisir de la quête (5)

Les showrunners décrits par Brett Martin ont en commun d’avoir achevé leur projet colossal de séries télévisées. Selon l’auteur, on arrive au succès après une multitude d’échecs et on n’est jamais aussi heureux que sur le chemin qui mène au succès.

Guillebeau confie qu’il lui a fallu arriver à la fin de son aventure pour se tourner vers les autres. Ce qui était une quête personnelle est devenu un prétexte pour apprendre de ses pairs et transmettre ce qu’il a appris.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *