Je garde un vif souvenir d’une discussion passionnante avec un ancien patron du CAC 40 dont le bureau était rempli de livres d’histoire et de philosophie. Cet après-midi-là, nous avons parlé de toute autre chose que du monde de l’entreprise. Les professionnels amenés à travailler en Inde savent que la plupart des capitaines d’industrie locaux sont capables de passer des nuits entières à parler de spiritualité ou de poésie. On peut aussi utiliser ses lectures pour améliorer sa pratique managériale.

En lisant le Journal d’un écrivain en pyjama de Dany Laferrière, j’ai eu envie de détourner certaines phrases concernant les débuts dans la carrière d’écrivain pour les appliquer au monde de l’entrepreneuriat.

Les similitudes sont en effet plus nombreuses qu’on ne le croit entre les deux milieux. Tout d’abord, ils ont en commun d’afficher un fort taux d’échec : 9 start-ups sur 10 sont condamnées, quand de nombreux livres invendus finissent au pilon. Ensuite, la ténacité et l’endurance jouent un très grand rôle pour s’imposer dans ces univers très fermés. Pourtant, cette apparente fermeture est surtout un frein pour ceux qui ne font pas partie de l’écosystème.

créer un business plan minif

La somme de toutes les peurs

Un salarié n’ayant aucun proche dans l’entrepreneuriat aura davantage de barrières mentales à franchir qu’un autre avant de sauter le pas de la création d’entreprise. Je le constate régulièrement dans les événements consacrés à l’entrepreneuriat auxquels je participe.

« La mère de l’entrepreneur est si souvent mise à contribution qu’elle devrait exiger un contrat particulier avec les actionnaires »

Chacun se crée ses propres barrières, qui deviennent des excuses pour ne pas faire ce que l’on redoute le plus mais que l’on sait juste au fond de soi. Tel entrepreneur s’imagine un immense projet de site e-commerce à plusieurs milliers d’euros de développement, alors qu’un simple blog WordPress lui permettrait de commencer à travailler sa niche et développer une audience. Tel autre affirme avoir mille idées d’entreprises et être incapable d’en choisir une. Le dernier fait une fixette sur les taux d’imposition en Europe et s’inquiète de la future domiciliation de son entreprise avant même d’avoir une quelconque idée pour se lancer.

Chacun est confronté à ses propres angoisses au moment de franchir le pas. Si on y regarde de plus près, c’est surtout la vitesse d’exécution qui fait la différence, étant donné que les barrières technologiques n’ont jamais été aussi faibles pour se lancer.

L’édition est en apparence l’un des secteurs les plus fermés qui soit, avec cette sélection drastique opérée par les éditeurs. Mais même dans ce milieu, les choses changent avec les possibilités offertes par le développement du livre électronique. Cela laisse entrevoir de nouvelles manières de percer pour les écrivains en herbe fatigués de voir leurs manuscrits refusés par les maisons d’édition.

création startup

Aide-toi et l’écosystème t’aidera

Avec l’initiative de Marc Simoncini, on voit souvent ces derniers mois de jeunes entrepreneurs essayer d’accrocher des stars de l’entrepreneuriat sur Twitter avec des formules éculées comme « Donnez-moi ma chance, j’ai un super projet ». Faites les choses proprement si vous voulez vendre votre projet. J’ai déjà mentionné Gary Vaynerchuk et sa pratique du « hustle » passionné (rentre-dedans).

« Si personne ne vient, eh bien personne ne vient. Je n’ai rien fait de mal à personne, personne ne m’a fait de mal, mais personne ne veut m’aider. Absolument personne », Kafka, Chacun porte une chambre en soi

Tout partenaire potentiel, qu’il soit là pour vous aider sur le plan technique, commercial ou financier, sera d’abord sensible à ce que vous avez fait concrètement pour réaliser votre projet. N’attendez rien de l’écosystème si vous n’avez pas amorcé vous-même le début de votre aventure. C’est comme demander une préface à un auteur célèbre pour un livre qui n’a pas encore été écrit… ou exiger une avance auprès d’un éditeur qui ne vous connaît ni d’Eve ni d’Adam. Faites votre travail, les portes s’ouvriront d’elles-mêmes si vous avez quelque chose de concret à montrer.

mentor

Ne travaillez pas avec des amateurs, trouvez des mentors spécialisés

La meilleure manière d’avancer est de suivre la méthode dynamique que nous recommandons : elle vous permettra de limiter les risques tout en progressant par conquêtes successives vers la création d’entreprise.

Soyez pragmatique au moment de l’écriture de votre premier business plan. Je dis souvent qu’il y a deux façons de faire sa valise, comme il y a deux manières d’écrire un business plan : vous prenez votre temps pour tout bien ranger, ou vous jetez pêle-mêle les choses en espérant qu’elles finiront par trouver leur place. Ce qui importe, en définitive, c’est qu’on parvienne à fermer la valise.

Rien n’empêche par la suite avant d’aller démarcher des banquiers ou des investisseurs de faire appel à un spécialiste du business plan, capable de jouer le rôle de couturière. C’est la tâche la plus délicate. Rien de pire qu’un business plan mal cousu. On voit cela souvent. Toutes les parties sont bonnes, mais ne sont pas bien reliées – ce qui ne veut pas dire qu’il faille ficeler le business plan comme un saucisson.

« Dites-moi sincèrement ce que vous pensez de mon projet de création. »
« Pourquoi devrais-je être sincère avec vous, alors que vous refusez de l’être avec vous-même ? »
« Comment ça ? »
« Vous savez très bien ce que vaut votre projet, sinon vous n’auriez pas remis ainsi votre destin entre les mains d’un parfait inconnu. »

J’attends des entrepreneurs qui me sollicitent de la détermination et du courage. Il en faut beaucoup pour demander à un expert en création start-up son avis. C’est vrai qu’on peut être trop proche d’une chose pour pouvoir l’évaluer. On a besoin alors d’un regard plus frais et objectif. Je travaille beaucoup avec des entrepreneurs qui sont seuls ou à deux, ce qui est limitant quand on se pose des questions stratégiques ou opérationnelles qui conditionnent la réussite du projet.

Être franc n’est pas simple avec les gens qui nous sont très proches. Un regard extérieur permet de dépassionner les problèmes, de regarder froidement les indicateurs à disposition et de jouer cartes sur table. Je souris en voyant les mots de Dany Laferrière :

« Ce qui m’irrite, c’est le ton presque intimidant que certains utilisent pour avoir votre opinion. Cela va de « Jette un coup d’œil pour moi, si tu as le temps » jusqu’à « Je veux savoir si je dois continuer ou arrêter tout de suite. »

plan de business plan pdf

Comment se déroule un entretien personnalisé de conseil ?

Les 15 minutes de discussion téléphonique gratuite puis les différents échanges par courriel permettent à l’entrepreneur d’arrêter une liste de thèmes à aborder pendant l’entretien. Généralement, il s’agit de problèmes critiques pour la suite du projet voire le développement de la start-up. Cela peut concerner l’audience, les ventes, l’identification de fournisseurs, de partenaires, etc. A partir de la liste de questions, je mets au point une solution adaptée, que l’entrepreneur peut discuter avec moi pendant les 45 minutes d’échange.

Les questions sont plus ouvertes quand l’entrepreneur est encore au stade de la réflexion ou au début de son aventure. Ma priorité est alors de donner des clés à la personne pour qu’elle puisse aller plus vite dans la réalisation de son projet. Nous élaborons ensemble un plan de bataille avec une série d’actions à prendre. C’est particulièrement le cas quand je suis sollicité pour mettre en place une stratégie pour des campagnes de crowdfunding.

En ce qui concerne le business plan et le prévisionnel financier, je travaille en fonction de l’objectif de l’entrepreneur, selon qu’il veut présenter un dossier devant des investisseurs, des organismes publics, des associés potentiels, etc. La discussion permet à l’entrepreneur de partager ses priorités, ce qui oriente mes propres recommandations. Je fais une relecture intégrale du business plan et une correction détaillée, sur le fond comme sur la forme.

La plupart du temps, ce premier entretien débouche sur des points mensuels me permettant d’apporter mon expertise sur les priorités du moment pour l’entrepreneur. Nous étudions les indicateurs de l’entrepreneur et nous décidons d’un ou plusieurs axes prioritaires d’amélioration pour les semaines à venir. Certains objectifs sont faciles à atteindre une fois que l’on se focalise dessus, d’autres mettent plus de temps à se réaliser.

Cet accompagnement dans la durée fait toute la différence pour les entrepreneurs avec qui je travaille par rapport à une simple prestation de business plan : j’évolue à leurs côtés en même temps que le projet grandit, ce qui est assez valorisant au bout d’un ou deux ans !

Téléchargez le modèle de business plan maintenant (PowerPoint PPT, Excel XLS et PDF)


0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *