Nous vous proposons une liste de 100 ressources pour créer votre entreprise et accessoirement pour compléter les différentes parties de l’écriture d’un business plan.

Nous avons choisi de faire ce guide pour montrer à quel point la construction d’un business plan est un processus dynamique. Vous pouvez même faire de chaque point de la rédaction une étape clé sur le chemin de la création d’entreprise !

La première partie était consacrée aux sources d’informations pour trouver une idée de création (merci à tous ceux qui ont partagé leurs pépites !). Nous avons aussi abordé les différentes manières de constituer une équipe autour de soi.

Cette fois, nous allons mettre en place notre veille marché et apprendre à mieux connaître notre concurrence.

Téléchargez le modèle de business plan maintenant (PowerPoint PPT, Excel XLS et PDF)


3. Connaître son marché

Google : si vous n’avez pas accès aux études payantes Xerfi ou Euromonitor, un bon moyen de commencer à glaner des chiffres sur la taille de votre marché et son évolution est d’utiliser les moteurs de recherche pour récupérer des articles de presse présentant ces études. Faites attention à croiser vos sources, car vous risquez de prendre des données non qualifiées ou périmées comme base de vos analyses. Utilisez aussi la fonction de recherche d’images, c’est utile pour repérer des infographies sur votre marché.

INSEE, Documentation française, CREDOC, FEVAD : si vous faites un raisonnement descendant pour identifier la taille de votre marché, il faut aller puiser des données auprès de l’INSEE et dans tous les rapports publics ou non qui s’intéressent aux habitudes de consommation des Français.

– Gartner, Forrester Research, Gfk, Webmediabrands : les grands cabinets d’études de marché sur l’impact des technologies publient des enquêtes sur les taux d’adoption et les usages numériques. Elles sont régulièrement présentées sur les sites technos, mais il faut vérifier l’identité des commanditaires, le type de panel interrogé et rester prudent. Beaucoup d’associations sur le numérique en France publient des baromètres sur les usages, ils sont bien relayés par FrenchWeb. La DGE publie également des études technologiques.

– Les fédérations professionnelles, les chambres de commerce, le pôle Prisme : c’est une bonne porte d’entrée si vous avez besoin d’être aiguillonné. Prisme est le pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise proposé par la BnF à Paris. Ce service offre en libre consultation des études de marché, des revues professionnelles et des informations sur les sociétés.

– La presse généraliste/les sites d’information grand public : les sites de veille technologique intéressent surtout une population d’early adopters, il faut faire l’effort de lire des sites d’info généralistes. Les pages société, consommation, tendances, etc. donnent de nombreux signaux faibles qui peuvent être utilisés pour trouver votre propre créneau.

– La presse spécialisée : il faut chercher à identifier le pays le plus en avance sur votre problématique et suivre les sites qui en parlent, dans la langue d’origine (utilisez la traduction automatique de votre navigateur). La presse spécialisée vous permet de repérer les acteurs qui comptent sur votre marché et de comprendre ce qui marche (surveillez les annonceurs capables de se payer des pubs). La presse professionnelle spécialisée peut vous aider à identifier les tendances et les difficultés de votre marché. Elle vous donne aussi des idées de personnes à rencontrer, de partenaires potentiels, etc.

Twitter : identifiez les personnalités qui comptent dans votre secteur, trouvez des personnes qui s’intéressent aux mêmes choses que vous. Ensuite, ces sources fiables vous conduiront à des contenus encore plus riches, qui viendront nourrir votre connaissance du marché. Retweetez les articles qui vous plaisent, ajoutez à vos favoris les ressources les plus précieuses et interagissez au maximum. Ce sont peut-être de futurs associés, clients ou fournisseurs !

– Les blogs spécialisés : dans un premier temps, vous pouvez utiliser Google en cherchant des blogs thématiques. Faites le même travail que sur Twitter, en essayant de commenter régulièrement. Peu à peu, vous serez identifié par les autres comme un spécialiste de votre domaine. Les forums et les groupes fermés thématiques sur LinkedIn ou Facebook sont aussi d’excellents endroits pour s’informer et se faire connaître.

– Les rencontres : bien avant d’avoir à demander quelque chose à quelqu’un, il est bon de fréquenter les événements sur votre thématique. Non seulement vous améliorez votre connaissance du marché, mais en plus c’est l’occasion de discuter de vos problématiques avec des gens aussi passionnés que vous.

– Les interviews : rien ne fait plus plaisir à un entrepreneur que d’aider un autre entrepreneur, encore plus quand il est salarié/en transition professionnelle/en pleine réflexion. Si vous avez un blog où vous pouvez publier l’entretien, ce sera plus simple d’obtenir un rendez-vous. Mais en général, personne ne refuse de prendre un café.

Le plus : le meilleur moment pour proposer une interview est lors de votre participation à des événements thématiques. Essayez de solliciter la personne avant qu’elle ne prenne la parole sur scène, car l’orateur est traditionnellement l’objet de nombreuses sollicitations ensuite. Ne vous contentez pas d’interroger des entrepreneurs, allez voir tous les acteurs de l’écosystème : fournisseurs, salariés des sociétés leaders, banquiers et comptables spécialistes du domaine, investisseurs, journalistes, etc. Ils vous apporteront chacun un angle de vue différent sur des problématiques similaires. Demandez à la personne que vous interviewez d’autres contacts, elle vous recommandera bien volontiers.

 

4. Comprendre la concurrence

Google alertes : un moyen d’être informé des nouvelles pages qui parlent de vos concurrents, il suffit de saisir leur nom et de créer une alerte. Le service peut aussi être utilisé pour surveiller certains mots-clés critiques pour votre future entreprise.

– Les chiffres : une pratique généralisée de l’e-commerce et des startups est d’enfumer la concurrence sur les chiffres. Les entrepreneurs redeviennent (parfois) sincères au moment des annonces de levées de fonds dans la presse spécialisée. Notez scrupuleusement tous les chiffres donnés.

– Les argumentaires : les pages de présentation, les interviews, les pitchs et les vidéos sont l’occasion de comprendre les éléments qui ont poussé vos concurrents à se lancer. Ils peuvent vous fournir des éléments pour votre propre business plan.

 Les sites web et les blogs d’entreprise : essayez de vous mettre dans la peau d’un client, repérez les choses qui vous plaisent et ce que vous aimeriez faire différemment, sur le fond comme sur la forme. Concentrez-vous sur l’offre, l’expérience utilisateur et les valeurs mises en avant par votre concurrent.

– Les réseaux sociaux : vous devez être les premiers fans de vos concurrents, qu’ils soient à l’étranger ou en France. Abonnez-vous à leurs sites, suivez ce qu’ils font sur Facebook et Twitter. Achetez leurs produits, observez leurs points forts et leurs points faibles. Faites-vous une idée aussi de leurs atouts et faiblesses dans la manière de communiquer sur les réseaux sociaux.

– Les levées de fonds : l’actualité des levées, en particulier aux Etats-Unis, peut vous aider à sauter le pas. Cela vous permet également d’apporter un exemple concret aux investisseurs potentiels : Magali Boisseau de Bedycasa a vu sa situation se décoincer subitement quand Airbnb a levé des fonds.

Adwords : regardez les publicités qui s’affichent dans Google lorsque vous faites des recherches sur des thèmes autour de votre création d’entreprise. Créez ensuite un compte pour voir combien coûtent les mots clés critiques pour vous.

– Les comparatifs : mettez au point votre propre comparatif des solutions concurrentes existantes, en listant tous les critères possibles, pas seulement ceux qui sont favorables à la solution que vous envisagez.

– Les fiches d’identité de vos concurrents et les bios des dirigeants : mettez régulièrement à jour des fiches sur vos concurrents, en intégrant leurs dernières actualités. Si vous en avez beaucoup, cela permet de retrouver très vite ce qu’on a sur tel ou tel acteur. C’est très pratique puisque vous retrouverez vos concurrents dans les événements, pour certaines sollicitations médiatiques… voire des opérations de fusion-acquisition.

– La taille du marché : apprenez à identifier vos concurrents directs et indirects, en réfléchissant en termes de marchés connexes à votre niche et aussi de marché mondial. Si vous estimez n’avoir aucun concurrent, vous êtes en mauvais chemin ou vous n’avez pas suffisamment ouvert votre recherche. Même sur les innovations technologiques les plus pointues, il y a plusieurs startups qui réfléchissent au même sujet au même moment dans le monde.

Le plus : Nous rencontrons beaucoup d’entrepreneurs qui sont obsédés par leurs concurrents, au point de s’interdire de prononcer leurs noms et d’en dire du mal chaque fois qu’ils en ont l’occasion. Nous comprenons que cela soit une manière de motiver certaines équipes en désignant l’ennemi, voire de la booster. Néanmoins, il faut surtout rester focalisé sur votre offre, vos valeurs, votre capacité à exécuter et donc à vous développer plus rapidement que l’autre.

Pour poursuivre vos réflexions, nous vous conseillons d’utiliser notre modèle de business plan et nos tutoriels en vidéo.

Téléchargez le modèle de business plan maintenant (PowerPoint PPT, Excel XLS et PDF)